La société de l'information à l'Elysée

Réunion à l'Elysée à l'invitation de Jacques Chirac pour évoquer le futur de la France numérique. 

Un Président de la république 2.0 ?

Je me suis posé la question lorsque j'ai reçu l'invitation de Jacques Chirac à présenter mes travaux et discuter de la France numérique naissante : le président prend-t-il la mesure du bouleversement planétaire qui s'annonce ?

La réponse, en Septembre 2000, est non. A l'issue de ces échanges, la messe est dite : la révolution numérique n'a pas sa place dans le septennat du président.

Les meilleurs étudiants et spécialistes français iront grossir les rangs des GAFA et des start-up de la Silicon Valley et la tendance ne sera jamais stoppée ni inversée. Aujourd'hui Google occupe à Paris l'ancien siège d'une des plus anciennes et prestigieuses entreprises publiques française.

la France absente du club.

En 2018, soyons francs, le constat est sans appel : pas davantage que Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande n'ont paru concernés ni même intéressés par la révolution numérique.

Les trois derniers présidents d'un pays fondateur de l'UE dont les institutions donnent les moyens des initiatives les plus ambitieuses ont simplement ignoré la plus spectaculaire innovation du XXème siècle. Nous sommes devenus les clients captifs et consentants des GAFA. Nous contribuons chaque jour au renforcement d'une puissance planétaire qui nous échappe.

Nous le resteront tant que le business modèle d'Amazon ne sera pas enseigné à l'ENA.

signaux faibles

Néanmoins la société intègre des outils et pratiques qui infléchissent doucement nos habitudes d'homo-politicus anténumériques.

Les sites de pétitions se multiplient et certaines pétitions ont produit des effets notoires sur les élus nationaux et européens.

Des citoyens, candidats spontanés à la dernière élection présidentielle, ont surgi du Web.

A ce titre les sites https://laprimaire.org/, https://eval.fr, https://www.bleublanczebre.fr/, civictechno.fr, https://www.laprimairedesfrancais.fr/, https://www.presence-citoyenne.fr/ méritent d'être mentionnés.